• Menu
  • Menu
lac Albert

Bec en sabot, lac Albert… suite des aventures en Ouganda

Mercredi 05 juin : 6h

À la recherche du bec en sabot

bec en sabot
Les nouvelles aventures de Tintin en Ouganda

Réveil très tôt ce matin, nous partons au lever du jour à la recherche d’un oiseau rare : le bec en sabot (qui comme son nom l’indique… vous avez compris) Nous partons avec un Ranger pour une marche dans le bush d’environ 1h.

 
On y croise de nombreux oiseaux, ce qui ravit Julien! Mais malheureusement un épais brouillard persiste et nous empêche d’avoir une bonne visibilité.
bec en sabot
L’oiseau à bec court
On continue malgré tout, mais nous revenons bredouilles à la voiture : pas de bec en sabot.
 
bec en sabot
L’oiseau à bec long noir et orange

Le guide nous explique qu’il y en a de moins en moins. Ces oiseaux, se sentant menacés, se cachent beaucoup et notamment dans les marécages. Nous rejoignons donc la voiture, et, après un arrêt ramassage de champignons par le guide (d’énoooormes champignons), on rejoint un petit ponton. Nous partons en barque le long des marécages, toujours à la recherche de l’oiseau. De l’autre côté, se trouve un village. Les habitants n’ont donc pas d’autres choix que de prendre ces petites barques pour partir ou rentrer chez eux !

 
bec en sabot
Nous « naviguons » une trentaine de minutes, nous croisons encore quelques oiseaux, quelques bouteilles en plastique malheureusement, mais toujours pas de bec en sabot. On est un peu déçus, mais la ballade était vraiment sympa. On retourne au lodge du parc Ziwa vers 9h30, pour boucler nos valises, et repartir vers la prochaine destination.
 
bec en sabot
Martin pêcheur
 

Mercredi 05 juin, 10h30 :

Direction le lac Albert, et découverte du Swahili 

Nous partons donc pour environ 4 heures de route vers le lac Albert, qui définit une partie de la frontière avec la République Démocratique du Congo. En chemin, on s’arrête dans le restaurant d’un hôtel pour manger. On commande un repas très typique : des pâtes carbo. Le plat arrive… ça ressemble plus à des pâtes bolognaises. On comprend vite que les Ougandais ne sont pas très à l’aise avec la nourriture Européenne. Le plat n’est pas très bon, on se dit qu’il vaut mieux qu’on choisisse des plats Ougandais à l’avenir, leur cuisine étant d’ailleurs très bonne.
On poursuit la route et en chemin, Emma se rend compte qu’elle comprend quelques mots lorsque Patrick parle Swahili. Ces mots sont les mêmes qu’en Shimaoré. On lui demande, et effectivement, les traductions sont les mêmes. Le Shimaoré serait donc dérivé du Swahili !
En arrivant vers le lac, on passe par un village de pêcheur. Les gens sont étonnés de nous voir, nous blancs, dans leur village au fin fond de l’Ouganda. Les femmes nous sourient, les enfants nous appellent « Mzungu ! Mzungu ! » en nous faisant des signes de la main. Nous aimerions nous arrêter et discuter un peu avec eux, mais Patrick nous explique que les habitants de ce village parlent un autre dialecte qu’il ne comprend pas. On continue donc notre route vers le lodge, qui n’est plus très loin.
Le Albert Lake Lodge, est comme son nom l’indique, situé au bord du lac. Encore une fois, les bungalow sont magnifiques, et la vue sur le lac est superbe. Le lac est immense, on pourrait croire qu’on est devant un océan, mais on devine au loin les reliefs de la côte Congolaise. 
 
lac albert
C’est vraiment le pied ici !
 

Mercredi 05 juin, 18h30 :

Dîner dans le bush, au lac Albert

Nous profitons d’un instant de détente au bord du lac Albert, puis nous voilà partis à bord d’un gros pick up, assis à l’arrière du toit en hauteur, à travers le bush, pour rejoindre le lieu où nous allons manger.
 
lac albert
Oui il manque le « s » sur le logo des photos ça va …
Au bout de 10 minutes de route, à croiser de nombreux impalas et quelques phacochères, nous arrivons devant une table dressée au milieu du bush, face au lac Albert, un feu de bois et quelques membres du staff du lodge nous préparant le repas. Incroyable ! On en croit pas nos yeux. On profite quelques instants de la vue et du calme, puis nous dînons, toujours en compagnie de Patrick.
 
lac albert
« Vas-y fais une pose naturelle »
La nuit tombe et dans le lac, des centaines de lumières s’allument : les pêcheurs sont là, pour la nuit. Après ce superbe repas, face à un lac étoile, dans le nature, nous regagnons le lodge pour la nuit. Demain, départ pour une journée de route, pour rejoindre Kibale, où nous serons en plein milieu des plantations de thé !

 

Jeudi 06 juin, 8h

Départ pour Kibale

Aujourd’hui nous partons pour environ 5-6h de route. La première partie du trajet se passe bien, puis nous empruntons des routes très abîmées, (le 4×4 n’est pas de trop), et nous trouvons le voyage un peu plus long. Mais on s’occupe grâce aux différents paysages que nous croisons. On voit de plus en plus de plantations de thé à mesure que nous approchons de Fort Portal. Nous traversons de nombreux villages, et on y trouve à chaque fois des petites boutiques le long de la route, des boucheries à ciel ouvert, des hommes poussant des vélos pleins de bananes, des femmes portant leur enfants dans le dos, et de nombreux enfants, souvent en uniforme d’école, qui nous font des gestes de la main et de magnifiques sourires lorsque l’on passe.
Vers 13h, on s’arrête à Fort Portal pour manger, Patrick nous amène dans un restaurant buffet, l’occasion de goûter quelques plats locaux.
 
Kibale
Là on était en train d’attendre que la voiture soit lavée
Encore une fois, surprise, on retrouve des plats ressemblant à certains plats maoré, notamment le pilao. On ne prend pas trop de risques, on prend du poulet et du bœuf, ainsi que du riz, et de la patate douce. On repart ensuite direction le Chimpanzé Guesthouse, à 20 minutes de là. Nous nous retrouvons au beau milieu des plantations de thé, près de la forêt de Kibale, où nous irons voir les chimpanzés demain matin. Le cadre est encore une fois très sympa, on en profite pour se poser un peu, prendre un thé, (retrouver du wifi), et admirer la vue.
 
Kibale
Manue calée dans son canapé
En fin de journée on va faire quelques photos du coucher de soleil sur les plantations de thé, puis on retrouve Patrick pour le repas vers 19h : soupe aux champignons, bœufs et patate douce, pancake à la banane.
 
Kibale
Thé là ou thé pas là
On passe un très bon moment avec Patrick, qui nous raconte notamment le pire client qu’il a eu. Un Russe qui ne voulait faire ni safari, ni passer par des routes non goudronnées, et qui avait fini par commander un hélicoptère pour le ramener à l’aéroport ! On termine le repas là dessus, et on file se coucher, demain réveil à 6h !