• Menu
  • Menu

Olaf au pays des Mahorais !

Fichier Audio si vous voulez l’intonation de l’écrivain Dodo 😉

Ça fait maintenant 15 jours que Emma est partie à Mayotte et que je suis seul avec Julien. Il est de plus en plus sur son ordinateur à se toucher les bourses tourner les pouces. Je crois qu’elle lui manque. Moi en revanche je m’en fous complétement tant que j’ai de la bouffe !

Je dors, je bouffe, je dors et bouffe, puis un jour Julien m’attrape en traitre et me fout dans une cage où j’ai à peine la place pour me gratter les roupettes. Ah mais non c’est vrai, ces deux salops me les ont retirées…

Arrivés à l’aéroport, Julien me dit au revoir avec un sourire de pervers… J’espère le revoir vite j’ai déjà faim.

INTERMINABLE ! Moi qui croyais ne rester que quelques minutes dans cette foutue caisse le voyage dure hélas 12h.

Histoire de passer le temps et d’emmerder les hôtesses, je dépose le fruit des mes entrailles une à deux fois par heure. Fallait pas me donner de la sous marque dégueulasse à bouffer.

Arrivée à Mayotte sous une chaleur tropicale. Je revois enfin Emma, ça me donne envie de manger.

Tout avait si bien commencé

On arrive dans une maison où il y a un chien. Apparemment c’est l’histoire de quelques jours. Heureusement car ce bâtard n’arrête pas de me sauter dessus. Encore un qui me prend pour une chatte.

La preuve en image

Histoire de montrer ma vraie personnalité au futur colloque de Emma et Julien, Dorian, je dépose quotidiennement une petite pêche matinale dans la douche, ce qui l’empêche de se laver. Lorsqu’il se brosse les dents, je viens me mettre dans le lavabo dans lequel il est censé cracher. Le matin avant même que son réveil ne sonne, je viens gratter à sa porte jusqu’à ce qu’il m’injure. Bref, le grand amour entre lui et moi. Je vais bien rigoler.

Je commence à perdre mes poils, il fait trop chaud et de toute manière je n’ai pas besoin d’en avoir autant. J’ai encore faim.

MOI

Au bout de quelques jours, on change de piaule pour habiter dans un bien beau logis. Plus de jardin malheureusement mais une belle terrasse. L’important c’est qu’il n’y ait plus ce chien aux orientations sexuelles douteuses qui m’obligeait à m’allonger pour éviter de laisser apparaître mon arrière train.

Je prends mes marques rapidement et l’appartement ayant un étage, je fais régulièrement du sport en descendant et montant les marches. Tout ça me donne vraiment faim.

Lors des dîners, je m’installe à table pour quémander un petit morceau de viande. Pour cela, j’use d’une technique infaillible. Je regarde fixement un des protagonistes, puis de la plus simple des manières, je lance un petit regard type chat Potté comme si je n’avais pas été nourri depuis plusieurs jours. Ça marche à tout les coups avec Julien et Emma.

Avec Dorian, c’est plus compliqué, au lieu de me donner de la bouffe il me fait un doigt !

Qui sème le vent récolte la tempête ! Depuis plus d’un mois maintenant, je vais quotidiennement m’infiltrer dans sa chambre alors que l’accès m’est totalement interdit. Il a beau me renvoyer à chaque fois, je réitère cette action régulièrement. Heureusement que Julien est très musclé sinon je pense qu’il m’aurait déjà embroché.

Mon nouveau coin sieste sur les affaires de Dodo

Un soir de Juin, Emma entendit un chaton miauler à la fenêtre. Prise de pitié elle le ramena à l’appartement. Je lui fît mon roucoulement habituel (faute d’avoir grandi avec des chats je passai mon enfance avec des pigeons) en guise de bienvenue, et me frotte un peu à lui pour prendre la température.

Je le mange ou pas ?

Ne jamais se fier aux apparences. Ce chat de gouttière était rempli de bactérie. Cette rencontre fortuite m’a donc permis de contracter la teigne. Mais ce n’était rien par rapport à ce qui allait m’arriver : le rendez-vous chez le vétérinaire.

J’avais beau roucouler pour dire que j’allais bien, il a fallu que ce débile de véto prenne ma température. Moi qui avait échappé au chien nympho, ma jolie fleur fût quand même pervertie par un thermomètre de la taille d’un doigt. Merci qui ? Merci Emma pour ton hospitalité.

J’espère qu’elle ne ramènera plus jamais de chat clochard sinon ma victime ne sera plus Dorian mais bien elle.

En vérité la vie est plutôt belle ici. Emma & Julien s’occupent bien de moi et je suis heureux de partager ce voyage avec eux.

Allez viens on est bien !…
… Mais en attendant je dors !

Affaire à suivre …

PS : J’ai faim.